Vous aimez ?

Nos 5 façons de dire STOP aux pesticides !

On ne penserait pas comme ça, et pourtant : des pesticides, nous en croisons tous plusieurs fois par an. Eh si les amis ! Qu'il s'agisse du banal répulsif anti-moustiques qu’on s’applique sur la peau l’été, ou bien du bon petit verre de rouge qui accompagne le dîner, qu’on le veuille ou non : les pesticides, difficile de les éviter.

C’est à l’occasion de notre partenariat avec le Ministère de la Transition écologique et solidaire que nous avons décidé de glaner des infos sur le sujet, et de vous partager le fruit de nos recherches, mais pas que ! Nous souhaitons également vous donner des tips malins et faciles à mettre en place pour se passer – au maximum – de ces vilains pesticides qui nous gâchent l’existence… Prêts ? C’est parti !

“PESTICIDES”, KÉSAKO ?

Mais dis-moi Jamy, c’est quoi des “pesticides” en fait ? Eh bien c’est très simple : les pesticides, ce sont les produits utilisés notamment par les agriculteurs ou les particuliers, mais également tous les utilisateurs professionnels de produits biocides (industries diverses, sociétés de dératisation/désinsectisation, entreprises du paysage…) pour prévenir ou éliminer des organismes jugés indésirables. Il peut s’agir de mauvaises herbes, d’insectes ou de bactéries en tout genre. Pour faire simple, lesdits produits facilitent la récolte pour les agriculteurs, et nous débarrassent des petits parasites du quotidien. Plutôt utile donc, non ?

Mais il y a un loup, comme dirait l’autre : le problème, c’est que ces pesticides regroupent pas mal de produits chimiques pas tip top pour l’environnement, et c’est pas non plus la folie pour la santé des êtres vivants, humains ou animaux… Est-ce que vous commencez à saisir pourquoi rayer ces produits de nos vies est quelque chose à envisager ? Parfait, on enchaîne !

LES PESTICIDES, C’EST TABOU, ON EN VIENDRA TOUS À BOUT !

Près de 75 % des ménages français ont utilisé au moins une fois un pesticide à usage domestique dans l’année (Source : Anses, septembre 2019). 3 ménages sur 4, ça fait beaucoup non ? (Oui, on est plutôt balèzes en maths) Et ce, qu’il s’agisse d’herbicide, d’insecticide ou encore de fongicide – contre les champignons et bactéries. Si vous en faites partie, on a trouvé de chouettes alternatives pour dire “stop” !

1 – Consommer des produits issus de l’agriculture biologique

Qui dit “bio” dit “aucun pesticide synthétique” ! Seulement quelques produits phyto naturels autorisés, et avant tout des pratiques culturales vertueuses et respectueuses de notre terre ! Et ça fait toute la diff dans nos assiettes – et nos estomacs. Alors coupons tout de même cette idée reçue : le bio, ce n’est pas “trop” cher, mais un chouilla plus cher c’est vrai. Et pour cause, il implique des rendements plus bas et un surcroît de travail. Cependant, c’est le prix à payer pour des produits sans additifs aux noms très compliqués – pourtant redoutables à dégainer lors d’une partie de Scrabble – en fait une agriculture saine qui fait vivre ceux qui la produisent et protège notre environnement.

Et puis on ne va pas se le cacher : quoi de mieux qu’un petit verre de vin bio pour l’apéro ? En tout cas des aliments naturels qui n’ont pas étés aspergés de produits chimiques de synthèse, on vous l’dit ça vaut le coup les gars.

2 – Laisser tomber les insecticides

Les insectes, on a beau ne rien leur demander, on préfère quand ils sont loin de nous. En avoir chez soi, ça peut devenir franchement agaçant voir même flippant pour les plus sensibles d’entre nous – on en fait partie chez Les Petits Frenchies… -, alors on va vous trouver toutes les alternatives pour les éviter de la façon la plus naturelle possible !

Attaquons avec les poux : on vous conseille d’enduire vos brosses à cheveux d’huiles essentielles – ça vous donnera un look gominé à la Johnny en plus – et de laver toutes les taies d’oreiller à 60°C.

Pour ce qui est des cafards, rien de mieux qu’un verre d’eau vide : vous prenez votre courage à deux mains, et emprisonnez vite fait le petit indésirable dedans pour ensuite le relâcher, tout simplement ! Pas besoin de les tuer ces bestioles. Si celles-ci se pointent en nombre, le bicarbonate de soude ou des huiles essentielles d’eucalyptus feront parfaitement l’affaire. Mieux vaut ça que d’asperger votre maison de pshit toxique, qui sent vraiment mauvais et fait tousser en plus… En cas de véritable infestation – comme les punaises de lit -, faites appel à des professionnels formés pour ce type d’intervention.

Enfin, on termine en beauté avec les insectes les plus énervants d’entre tous – malgré leur petite taille : les moustiques ! Comment empêcher ces petits monstres de nous agacer toutes les nuits d’été ? Eh bien grâce à la bonne vieille moustiquaire. Vous pouvez également décorer la fenêtre de votre chambre avec des pots de géraniums odorants (attention, ils sont différents des géraniums communs !), fleurs qui éloignent les maringouins et qui sont plutôt jolies, donc tout bénèf’ !

Pour lutter contre les moustiques, il faut éviter de leur fournir des lieux propices pour se reproduire, c’est-à-dire qui hébergent de l’eau stagnante : pots remplis d’eau, flaques etc. que l’on peut parfois trouver en extérieur des habitations (balcon, terrasses, jardins).

3 – Remplacer certains de vos produits ménagers

S’il y a bien un truc qu’on déteste, c’est bien la session ménage du samedi matin. Non seulement ça casse le dos, mais en plus on a l’impression de s’abîmer les mimines avec tous ces produits corrosifs que l’on asperge sur nos sols, nos vitres ou notre mobilier… Une impression en fait très concrète !

Les produits à base de javel ne sont pas indispensables pour la propreté du logement, qui contiennent des substances chimiques comme le chlore, nocives pour l’environnement, et aussi pour la santé.

Et pourtant, on dénombre beaucoup de bonnes alternatives naturelles aux produits ménagers : le jus de citron, le vinaigre, le bicarbonate, le sel ou encore… les huiles essentielles – encore elles ! Vous pouvez mélanger tous ces produits pour nettoyer vos sols, vos fringues ou même votre vaisselle. Ça sent super bon, et c’est 100% naturel ! Allez checker sur les internets, vous y trouverez tout plein de recettes imaginées par les internautes pour fabriquer vos propres produits nettoyants naturels – c’est bien le oueb quand même…

Privilégiez l’utilisation d’un nettoyeur vapeur pour le ménage, ça diminue notre exposition aux polluants chimiques, ou encore l’utilisation de chiffons microfibres, qui permet d’attirer la poussière et d’absorber l’eau ou la graisse ! Vous trouverez d’autres conseils sur le site Agir pour bébé.

4 – Sus aux rongeurs !

Concernant souris – ou rats dans le pire des cas, m’enfin ça reste tout de même assez rare d’en avoir sous son lit -, on vous conseille vivement d’être proactifs et d’éviter la prolifération ! On voudrait pas que ces chères créatures se reproduisent… À l’unité, une petite souris c’est plutôt mignon ; une dizaine, c’est tout de suite moins sympa !

Alors pour éviter cela et donc l’usage de rodenticides et autres pièges cruels, c’est simple comme “fromage” : ne laissez tout bonnement pas traîner de nourriture dehors, mais plutôt au frigo ou sous-vide et surtout… SURTOUT ne pas laisser traîner un morceau de fromton qui sent mauvais sur le comptoir de la cuisine – c’est qu’elles aiment ça les coquines !

Les rongeurs peuvent rester plusieurs jours sans manger, mais pas sans boire. Il est tout aussi important de limiter leur accès à l’eau (réparer les fuites, pas de robinets qui goutent etc.) En cas d’extrême urgence, brisez la glace : on vous conseille d’adopter un matou qui se chargera de tout ça !

Là encore, il existe des professionnels formés pour intervenir si le problème persiste et empire. N’hésitez pas à faire appel à eux en vous tournant vers votre syndicat de propriété ou votre mairie

5 – Pour éviter les herbicides

Rien de plus simple les gars : vous pouvez désherber de façon na-tou-relle, que ce soit à la bonne franquette à la main, ou bien via d’autres procédés comme le thermique (eau, vapeur, gaz).

 Le fameux vinaigre blanc sera aussi votre allié pour ce qui est des mauvaises herbes ! Une fois encore, des recettes pour fabriquer votre propre désherbant naturel sont dispos sur Internet, profitez-en !

ALORS, ON PEUT COMPTER SUR VOUS ?

Voilà voilà, c’étaient donc nos 5 façons pour ne plus utiliser de pesticides au sein de votre foyer. Pas si compliqué non ? On va sans doute faire dans le cliché, mais on le pense sincèrement : on sait bien que malgré tout ça les pesticides sont encore très utilisés dans l’agriculture moderne… mais agir à notre petite échelle est déjà un grand pas ! 

Alors si vous vous sentez vraiment touchés par le problème et que vous voulez vous impliquer davantage, renseignez-vous via la brochure de l’ADEME ou encore sur le site Agir pour bébé. Si vous voulez en savoir plus sur la politique menée sur le sujet, allez-vous renseigner sur le plan Ecophyto II+. Il s’agit d’un projet gouvernemental qui a pour but d’instaurer une agriculture moins dépendante aux pesticides pour les années à venir… On y croit ! Sur ce, on va se le faire ce petit vin bio.