270 partages

Interview de Caroline Bouin, une ostéo à vélo !

Avez-vous déjà vu... un ostéo à vélo ? Nous oui ! À Lyon, on a croisé Caroline Bouin, ostéopathe qui se déplace chez ses patients à bicyclette pour les soigner. Cycl'osteo, c'est le jeune service qui existe déjà dans plusieurs villes françaises et que Caroline vient de lancer à Lyon. Nous lui avons posé nos questions sur le métier d'ostéopathe, que l'on surnomme "les horlogers du corps", et sur son aventure Cycl'osteo.

Cycl’osteo a été créé par Tyrone Husseini en 2015, le service existe à Toulouse, Bordeaux, Paris et Lyon ! 

C’est très complet et plein de surprises car on ne sait jamais ce qui va advenir lors de la consultation suivante.

D’où viens-tu ?

Je suis née et j’ai grandi à Paris. Après mon diplôme d’ostéo, je suis partie faire des remplacements en Haute Savoie et dans le Gard, puis je suis revenue à Paris. Puis je suis repartie!

Pourquoi es-tu partie faire des remplacements en dehors de Paris ?

Je me sentais un peu oppressée, je voulais vivre à la campagne et tester. J’ai adoré, j’ai rencontré des personnes géniales. Et aujourd’hui, je m’installe à Lyon pour lancer Cycl’osteo!

Quelle est ta formation ?

J’ai une formation d’ostéopathie au Ceeso Paris de 5 ans à temps plein, j’ai été diplômée en 2015. C’est une discipline qui n’est jamais terminée, rien n’est jamais figé quand on travaille avec de l’humain, c’est toujours varié. Il faut pouvoir s’adapter et évoluer donc on continue sans cesse à étudier.

On recrée un cabinet chez les gens.

Raconte-nous comment tu t’es greffée au projet Cycl’osteo ?

A Paris, je faisais des consultations à domicile mais je me déplaçais en métro. J’apportais ma table qui était très lourde et je me cassais le dos dans les trajets. J’ai pensé à la voiture, mais c’est pas pratique en ville, puis j’ai pensé au vélo.

À la même période, une amie m’a envoyé un article sur Cycl’osteo. Je me suis d’abord dit “Ah zut, ils ont eu l’idée aussi !” puis “pourquoi ne pas travailler ensemble ?” ! Je les ai contacté pour savoir ce que nous pourrions envisager de faire.

Ca tombait bien: ils souhaitaient développer Cycl’osteo dans d’autres villes. En fait Tyrone, le fondateur, a commencé à exercer à Toulouse, puis un ostéo s’est occupé de Paris et un autre de Bordeaux. Je voulais déménager à Lyon et ça n’existait pas encore la bas. Du coup j’ai proposé Lyon !

Quel est le principe de Cycl’osteo ?

Nous allons chez les patients à vélo faire des consultations d’ostéo ! J’ai un super vélo électrique avec une remorque derrière et j’accroche ma table à la remorque pour me rendre chez mes patients.

Le but c’est surtout que les patients ne perdent rien au fait que l’ostéo vienne à eux. On recrée un cabinet chez les gens. Disons qu’il y a tout pour faire une consultation tout aussi efficace que dans un cabinet. La seule différence, c’est que les patients ne bougent pas de chez eux, c’est nous qui venons à eux.

Pendant les 2 ou 3 jours qui suivent la consultation, le corps s’équilibre.

Quels sont les intérêts du vélo ?

Ne pas polluer ! Le vélo permet aussi d’aller plus vite qu’en voiture, de faire du sport et de découvrir la ville !

C’est quoi l’ostéopathie exactement ?

C’est une médecine manuelle, donc comme son nom l’indique, elle sert à soigner les gens avec les mains. L’ostéopathe aide le corps à se rééquilibrer. Pour cela, on ne va pas séparer ou saucissonner le corps mais le prendre en compte dans sa globalité car toutes les parties du corps sont reliées entre elles.

Si un patient nous dit qu’il a mal à la tête, on ne va pas s’occuper forcément de sa tête. On va essayer de comprendre toutes les tensions qui sont autour qui peuvent mener à des douleurs au niveau de la tête. Ça peut être un problème de posture, ça peut venir des pieds par exemple qui sont à l’autre bout du corps ! Oui, on peut traiter la tête avec les pieds !

J’ai juste besoin de mes mains et de ma tête… et d’être présente !

Le but de l’ostéo est donc de donner des informations au patient : les techniques utilisées sont des petits stimuli, et ensuite pendant les ⅔ jours qui suivent la consultation, c’est le corps qui s’équilibre.

Qu’est ce que tu aimes dans ton métier ?

Ce qui m’attire dans l’ostéo c’est que c’est un travail manuel et intellectuel en même temps. Ta tête doit réfléchir en même temps que tes mains, car il faut tout prendre en compte. Il faut à la fois toucher la personne, se souvenir de ce qu’elle t’a raconté, être à l’écoute de ce que tu ressens dans tes mains, lire entre les lignes, réfléchir à un schéma pour soigner cette personne là en particulier. C’est très complet et plein de surprises car on ne sait jamais ce qui va advenir lors de la consultation suivante, et il faut à chaque fois se creuser la tête !

On ne va pas séparer ou saucissonner le corps mais on le prend en compte dans sa globalité.

Ce que je trouve génial aussi c’est le fait de n’avoir besoin de rien pour faire ce métier. J’ai juste besoin de mes mains et de ma tête… et d’être présente !

Quel est le rôle de tes mains exactement ?

Les mains nous servent à diagnostiquer (diagnostic ostéopathique) et à traiter. Pour diagnostiquer il faut arriver à percevoir les zones du corps qui dysfonctionnent. Par exemple, il y a des zones que l’on sent moins mobiles que d’autres, qui sont plus denses, qui ont une texture différente. Avec l’observation, ça permet de savoir quelles zones sont problématiques.

Une fois qu’on a essayé de comprendre quelles zones fonctionnaient moins bien que les autres, tout ça mis en relation avec les motifs de consultation et l’historique du patient, on décide de traiter certaines zones en mobilisant par exemple les membres, l’abdomen, ou en accompagnant les tissus pour défaire les noeuds… Le noeud, c’est une image pour expliquer ce que l’ostéopathe perçoit, car c’est très difficile de rendre compte d’une perception !

Le but, simplement, c’est de savoir utiliser le bon outil au bon moment sur la bonne personne. Si ça fonctionne je continue si ça ne fonctionne pas je teste autre chose.

Quand ça fonctionne, c’est génial. On peut changer la vie des patients quand ça fait des mois qu’ils souffrent d’une douleur chronique!

Comment prend-on rendez-vous ?

Directement sur le site internet cycl’osteo.fr ou par téléphone.

Mais du coup, ça coûte plus cher qu’une consultation en cabinet ?

Non, c’est à peu près le même prix ! 55 euros ou 45 euros pour étudiants, chômeurs…

Tout le monde peut-il aller voir un ostéopathe ?

Oui, n’importe qui et à n’importe quel âge ! On s’adapte à tous les âges bien sûr car un nouveau né, un adulte et une personnes âgé ont des corps très différents, donc on les aborde différemment.

Les patients qui viennent n’ont pas forcément mal quelque part mais sont gênés par quelque chose. Le fait de devoir décrire la gêne permet de pointer du doigt le déséquilibre. Et le patient prend conscience de zones de son corps complètement oubliées !

Quand ça fonctionne, c’est génial. On peut changer la vie des patients quand ça fait des mois qu’ils souffrent d’une douleur chronique!

N’importe quelle douleur ou pathologie peut mener à aller voir un ostéo. Evidemment on ne traite pas un cancer ou une maladie de Parkinson, mais on peut accompagner et aider à améliorer certains paramètres en complément des traitements conventionnels. C’est intéressant en post-chirurgie par exemple, pour aider les tissus à se remettre du traumatisme. Et bien sûr l’ostéopathie est une thérapie préventive: même si tu n’as pas mal, cela permet de détecter les endroits qui ne fonctionnent pas forcément bien mais dont la douleur risque de se déclencher un jour.

Mais parce qu’avec Cycl’osteo on se déplace, j’aimerais beaucoup travailler en périnatalité, la période autour de la naissance, car les femmes enceintes n’ont pas forcément l’envie ou la possibilité de se déplacer et les bébés aiment bien avoir les repères et le confort de leur maison. Je réfléchis aussi à développer des consultations avec des personnes âgées qui ne peuvent pas bouger de chez elles. C’est beaucoup plus simple de faire venir l’ostéo à domicile.

On est aussi en train de faire des partenariats avec des entreprises pour que je vienne sur place dispenser des séances aux salariés intéressés.

Le patient prend conscience de zones de son corps complètement oubliées !

Les distances ne sont pas trop grandes ?

Il y a un rayon d’action limité, environ dans les 4 ou 5 km du centre de Lyon.

Tu vas connaître Lyon par coeur !  

Oui je vais mieux connaître Lyon qu’un Lyonnais ! J’aime beaucoup cette ville. L’architecture est gaie, la vieille ville ressemble à l’Italie, il y a plein de styles, de quartiers différents. C’est très vert : en deux minutes on est dans une forêt ou sur une montagne. C’est plus détente qu’à paris 🙂


Retrouvez Cycl’osteo sur leur page Facebook ou sur leur site internet.
Longue vie à Cycl’osteo ! Merci à Caroline d’avoir répondu à nos questions, et à Charlotte et Daphné d’avoir participé à l’enregistrement.