Vous aimez ?

Interview : On a rencontré Nicolas Ferriere, fondateur du service de montage vidéo Redled

Cette semaine, on rencontre Nicolas Ferriere, le fondateur du service de montage vidéo Redled. Portrait d'un frenchy qui fait de vos vidéos des souvenirs mémorables !

J’emporte ma caméra embarquée dans toutes mes aventures, j’adore les voyages, la plongée, le sport mais surtout, je suis un grand nostalgique de tous ces super moments passés.

– Qui se cache derrière Redled ? 

Redled, c’est une petite équipe qui réunit un artiste déluré, une responsable du développement on fire, un parrain protecteur, un collectif de monteurs vidéos, et moi. J’ai créé la société en 2015, grand fan de captation d’image, j’emporte ma caméra embarquée dans toutes mes aventures, j’adore les voyages, la plongée, le sport mais surtout, je suis un grand nostalgique de tous ces super moments passés.

– Quelle est la philosophie, l’esprit de Redled ? 

Redled fait perdurer vos souvenirs en vidéo. Nos monteurs professionnels donnent du sens à toutes ces prises vidéo qu’on ne regarde jamais et qui finissent perdues sur un disque-dur externe.

On souhaite vraiment mettre l’émotion à l’honneur pour un résultat à regarder et à partager, demain, dans 1 an, dans 10, toujours.

– Parlez-nous du processus de montage des vidéos ! 

Dans un premier temps le monteur prend connaissance de la musique choisie et du brief artistique renseigné par l’utilisateur. C’est une première étape indispensable car elle nous renseigne sur le rendu artistique souhaité. Dès que le monteur sait quoi faire, il effectue un tri (dérush) des vidéos et commence l’assemblage. Ce travail est assisté par un logiciel que nous développons actuellement. L’étape finale consiste à harmoniser les couleurs et sons puis exporter la vidéo en MP4.

Ce qui est sûr, c’est que les gens filment de plus en plus, avec tout type d’appareil ; smartphone, caméra embarquée, appareil-photo numérique.

– Les gens partent de plus en plus en voyage et de plus en plus loin non ?

Ce qui est sûr, c’est que les gens filment de plus en plus, avec tout type d’appareil ; smartphone, caméra embarquée, appareil-photo numérique. La quantité et la qualité des prises augmentent constamment dans une course technologique effrénée et il est très compliqué de monter un film souvenirs de plusieurs minutes.

– Avez-vous des anecdotes rigolotes à nous raconter sur ce que vous montez comme images ?

Récemment, on a fait le montage d’un couple parti voyager en Thaïlande. La plongée bouteille était au menu et les images vraiment magnifiques, jusqu’à ce que le gars jette du riz sur sa copine qui, derrière son masque ne comprends pas trop… et nous non plus… jusqu’aux images suivantes où on le voit faire sa demande en mariage sous l’eau ! Juste fou !

Ce qui est génial, c’est de capter des petits moments de vie, des regards, des blagues, choses que nos clients vivent sur l’instant mais ne relèvent pas. Nous cherchons ces pépites et les mettons en valeur dans nos vidéos.

– Qu’est-ce que vous préférez dans l’entrepreneuriat ?

On est des créatifs, on imagine de nouvelles choses constamment, c’est génial.

– Demandez-vous souvent conseil à votre entourage ? 

Oui je parle beaucoup du projet, les conseils ne sont pas toujours pertinents, mais toutes les discussions sont utiles pour faire avancer la réflexion.

– Qu’est-ce que vous avez appris depuis que vous êtes entrepreneur ? 

Enormément de choses ; être entrepreneur, c’est être un vrai couteau-suisse. De formation ingénieur, il me faut apprendre tous les jours sur les thèmes du marketing, de l’administratif, de la compta, ou du juridique, et j’en oublie. C’est une expérience tellement immersive qu’on apprend aussi beaucoup sur soi.

Être entrepreneur, c’est être un vrai couteau-suisse.

– Si vous étiez un fromage français, lequel serait-il ? 

Le Pouligny Saint Pierre !

– Quelles sont les 3 coins ou adresses que vous recommandez en France ? 

Alors je choisirais : Le bassin d’Arcachon, pour manger des huitres et faire une plongée avec les hippocampes. Les îles du levant, sur la côte d’Azur, pour se reposer et écouter les cigales. Paris, pour bosser un peu entre les deux premiers choix.

– Que vouliez-vous faire étant petit ? 

Une sorte de paléontologue chasseur de dinosaure… J’y crois encore !

DÉCOUVREZ REDLED !