708 partages

La fabuleuse histoire de la marinière

Indémodable, le fameux pull blanc rayé aux bandes bleues traverse les âges sans prendre de rides. La marinière est aussi un emblème du style à la française, de Coco Chanel à Jean-Paul Gaultier, en passant par Arnaud Montebourg qui défendait ainsi le « made in France » sur la couverture du Parisien en 2012. On vous raconte la fabuleuse destinée du petit tricot de marin. 

Les origines de la marinière

La rayure est intimement liée au monde maritime depuis le XVIIe siècle : la peinture anglaise et hollandaise représente les marins vêtus d’un costume rayé bleu et blanc, parfois blanc et rouge. Mais c’est en 1858 qu’une ordonnance d’État impose un costume officiel à bord des navires. Jusqu’ici, l’uniforme était réservé aux officiers, et la marinière une simple blouse au col bateau.

marins

Le Bulletin officiel de la marine introduit dans la liste des uniformes de matelots de la marine nationale le tricot rayé bleu et blanc, et précise le nombre exact de rayures et la largeur qui les sépare, au millimètre près :

« 21 raies blanches larges de 20mm et 20 ou 21 raies bleues larges de 10mm ». Pour les manches, le tricot doit comporter « 15 raies blanches et 14 ou 15 raies bleues ». Pourquoi le choix des rayures, et pourquoi 21 exactement ? La légende veut que le chiffre ait été choisi pour rappel des victoires de Napoléon, tandis que les rayures permettaient de mieux repérer un marin tombé à l’eau.

En réalité, les rayures viennent probablement d’une technique de tissage spécifique, et d’une économie de teinture indigo (très onéreuse à l’époque).

Tricot rayé

La marinière est alors un tricot de corps descendant jusqu’aux genoux, servant principalement de sous-vêtement.

Delphine Allanic, commissaire de l’exposition Les marins font la mode 2009 au musée de la marine raconte qu’à l’époque « Le tricot était en jersey, textile fait pour les sous-vêtements. Les hommes n’avaient pas de slip ou de caleçon. Le tricot servait donc de sous-vêtement. Il descendait jusqu’au début de la cuisse, et, rentré sous le pantalon à ponts, il servait de protection ». 

Quand le monde de la mode s’inspire de l’univers marin

C’est Coco Chanel qui lance la mode de la marinière à Deauville dans les années 1916 : mais elle ne reprend dans ses créations que la blouse à col marin, qu’elle féminise et fluidifie avec de la soie. On l’aperçoit cependant porter le fameux tricot rayé sur cette photographie, accompagné d’un pantalon à ponts :

chanel-mariniere

Jean-Luc Godard reprendra l’idée de Chanel en faisant porter la fameuse « marinière » actuelle (tricot rayé) à Brigitte Bardot dans son film Le Mépris en 1963 :

Brigitte Bardot le Mépris

En 1978, Jean-Paul Gauthier, dans son premier défilé, reprend l’idée. En 1983, ce vêtement devient l’élément phare de sa collection « Boy Toy ». La marinière est depuis devenue sa marque de fabrique.

jean-paul-gaultier-a-lui-aussi-ete-parrain

En mars 2011, la marinière va même se greffer sur le maillot officiel de l’équipe de foot français pour les matchs extérieurs. À l’origine de cette idée ? Un certain Karl Lagarfeld ! Mais ce maillot sera abandonné moins d’un an plus tard, en février 2012.

705799-21417374-2560-1440

On aime les rayures aussi sur l’e-shop !

104892_63205d3a02f7366fc9d775423898de3c   130630_b18d5ba618149b70607b9884165a59c6   53820_501187

DÉCOUVREZ ENCORE PLUS D’ACTU FRENCHY !